( 12 décembre, 2010 )

Ma Page Facebook

( 30 octobre, 2009 )

Love……..

 

Love has no age, no limit , and no death.

 

 

John Galsworth

 

 

1531848_615621308504706_1004116876_n

Copyright 2015 © all rights reserved (ne pas partager sans autorisation)Thanks!!!!(Don’t share without permission)

 

 

 

 

 

( 11 février, 2009 )

WELCOME AND BIENVENUE…..to all of you!!!!

1618536_643200102413493_1029249508_n 

© 2015 All Rights Reserved

                 

      WELCOME AND BIENVENUE.....to all of you!!!! dans BONNIE'S BLOG bonniebackhair-300x199       

      

  

 

 

                

© 2015 All Rights Reserved

                                                   

© 2015 All Rights Reserved

newyorkbonn.jpg

coke-200x300 dans BONNIE'S BLOG

© 2015 All Rights Reserved

313688_4074573309349_1498937220_n

© 2015 All Rights Reserved

 

 

Thanks for respecting the photos, the texts and poems of this blog.If you wanna take one of them,better ask before.Thank you for your understanding  !!!!!                       

© 2015 All Rights Reserved
       
                 

( 13 octobre, 2017 )

Jamais grandir….( Memories )

8adc0b658d4d06e87818d5fa34c5ecd3

Jamais je n’ai aimé ces albums de famille , remplis de souvenirs figés , de moments fragiles . Tout y est consigné , comme si , donner de l’importance à ce que l’on fut , est une nécessité de l’esprit . Souvent d’ailleurs , je ne me souviens pas du moment , où , enfant , je ris aux éclats ou je fais la grimace . Alors , on me raconte , et là , je me rends compte que je m’en fous , mais à un point trigonométrique de ouf !  » Mais si souviens toi  » , tous en chœur me rabâchent ce que j’ai fait il y a mille ans . Je ne suis plus , ni cette petite fille , ni même cette ado , ni même cette femme en robe moulante d’avant hier . Je suis aujourd’hui . De plus , bien souvent , j’ai vraiment l’air tarte sur les photos de famille , comme si celui ou celle qui prenait la photo avait envie de bien me pourrir le physique . Heureusement que j’ai rencontré de vrais photographes qui ont fait croire que j’étais présentable !

 

C’est toujours pareil , les repas de famille se terminent immanquablement par le feuilletage des albums . Pourquoi pas , si on aime le genre dramatique , la larme à l’œil et tutti quanti . On en arrive toujours à comparer à qui je peux bien ressembler . Les uns disent , c’est ta mère tout craché , l’expression déjà laisse vite fait à désirer , les autres ne disent rien , car ils savent qu’il n’y a aucun danger que je ressemble à mon  » père  » .

 

C’est ça aussi la famille . Les non-dits , les secrets , les cachotteries à deux cents , des fois que la vérité arrondisse les angles et libère enfin les esprits .

 

Et puis il y a ceux qui s’extasient devant les nombreuses photos de bébés , tous les bébés de la famille sont en effet réunis dans un album géant .  » Oh mon Dieu , qu’ils sont tous beaux ces bébés !  » . Je leur dirai bien que certains sont vraiment très laids , mais il parait que ça ne se fait pas ! C’est beau un bébé , oui , mais jusqu’à un certain degré de tolérance !

 

Bar-mitzvah , mariages , anniversaires , tout est là , avec les sous titres qui vont bien . L’encyclopédie des Lewis Parker Arendras . Bien sur ma fille n’a pas échappé à cet appétit de tout figer sur papier . Il doit bien y avoir plus de 3000 photos d’elle , de la naissance en passant par les premiers pas , l’école , le départ , l’arrivée de voyages , j’en passe . Lucy a régurgité , Lucy a perdu ses dents , Lucy est collée , Lucy en goguette , Lucy qui danse  , Lucy qui rit , j’aurais du l’appeler Martine !

Je trouve ça douloureux , cet étalage du temps . Personne ne veut grandir , personne ne veut devenir vieux , personne ne devrait avoir besoin de se mutiler le cœur avec des souvenirs d’un passé , quel qu’il soit . La vie c’est le présent , hier tu es mort , demain aussi .

 

Shabbat Shalom .

 

BPL

 

 

( 4 octobre, 2017 )

Le bout du monde ….

L’odeur d’humidité persiste et signe jusqu’à m’en piquer les muqueuses . Ici il pleut , beaucoup , à torrents , une fin du monde , un déluge . Et puis , sans prévenir , tout s’arrête , la chaleur revient , laissant les corps moites et dégoulinants .Bienvenue au Costa Rica .

La marche est longue , on en voit pas le bout . C’est la jungle . Les touristes belges sont presque en état de paralysie , après avoir marchés des heures durant . Le camp est encore loin …très loin . Je ne sens plus ni mes pieds , ni mes jambes , ni même les battements de mon cœur . Je suis au bord de la nausée , j’ai faim , j’ai encore soif . J’ai du boire un tonneau de flotte depuis le départ de l’expédition . Bordel , je ne suis pas une aventurière moi !

Les insectes collent à la peau , me dévorent  . Le guide est hilare  . Sans lui , nous ne sommes rien du tout .  Il nous demande un effort , je lui dit de me porter , il accepte . Il faut dire qu’il a un corps quasi parfait , musclé de la tête aux orteils , alors je profite , j’abuse , mais le cœur n’y est pas , je suis trop au bout de ma vie .Il est costaud lui , et habitué à manger n’importe quoi . Il conserve un sourire énervant mais toutefois très avenant .

On fait une pause . Une sorte de mare , dans laquelle se ruent d’autres bestioles toutes plus étranges les unes que les autres . Des touristes brésiliens , assoiffés et au bout de leurs réserves d’eau , tentent de boire cette flotte croupie . Il y aura foule aux toilettes ce soir ! Si toutefois des toilettes il y a! Un bananier à hauteur d’homme se dresse devant moi . Je fais un détour car l’odeur m’insupporte . Tout le monde se rue sur les bananes , à peine mures , sauf moi qui n’aime aucun fruit . Et ici , on peut dire que je suis gâtée , il y en a partout !

Après 20 kms de marche le campement . OMG! En taule , des paillasses jonchées à même le sol, la totale . On nous mène vers un coin cuisine , crade à souhait , des casseroles et des poêles ,  ,quelques victuailles , des pâtes , des conserves , et une théière qui n’a surement jamais vue une éponge non plus . Je suis trop crevée pour manger , je tente la douche . Oops , eau froide , insectes morts  dans le bac , insectes bien vivants au dessus de ma tête .

Et là , je me pose la seule question qui me vient , POURQUOI ? Pourquoi je ne suis pas partie à l’ile Maurice , Raymond ou Jean-Paul . Partout ailleurs sauf ici ? Mes compagnons d’infortune s’activent en cuisine , des nouilles couleur inconnue et des haricots rabougris. Au secours je veux rentrer chez moi , au pire aller dans le Wisconsin , voire même dans la Creuse ! Extinction des feux à 21 heures . Je gagne ma couche en essayant de ne pas penser aux multiples bestioles qui risquent de me rendre visite cette nuit . Et je dors , comme un bébé .

Réveil à 4 heures , le guide est très à cheval sur l’horaire , on a 45 kilomètres à faire à pied  pour rejoindre le bus qui nous ramènera à l’hôtel . Quand je dis le bus , c’est pour édulcorer , car en fait de bus , il s’agit d’un camion datant de la révolution cubaine , sans amortisseur , et dans lequel d’autres voyageurs se pressent , tenant qui , leurs cages à poules , qui leurs gosses pleureurs .

Je ne sais même plus comment on fait pour marcher , je suis vermoulue , usée , je me sens très mais alors très âgée d’un coup . Je pense au Che , vaillant gaillard qui a du en chier avec ses potes de révolution . Je ne suis pas une guerrière et je le sais à présent , pas une aventurière non plus . Je sauverais le monde , oui , mais avec un stylo , parce que niveau revolucionaria ,  j’ai pas la carrure .

L’hôtel est au bout du chaos , enfin .

Hasta siempre commandante .

 

BPL

 

 

 

( 4 juillet, 2017 )

Merci , Thank you , Choukran , Toda raba , Gracias. …

Ce n’est que politesse et bonne éducation que de remercier  . Dans ce monde qui broie les vies , qui joue à saute mouton avec l’info , un simple merci peut , parfois donner , le sourire , l’espoir , et peut-être une nouvelle foi en cette humanité si complexe .

 

Merci à toi , malgré tout , père biologique , pour la moitié de vie , et à cet autre père que l’on dit beau , qui brille surtout par son absence de sens de l’orientation paternelle . Merci à toi aussi , mère lunaire , infidèle amoureuse sans age .

 

Merci aussi à cet autre ersatz de père qui me fit cadeau d’une maternité qui reste ma plus belle performance sur cette planète .

 

Bien sur je pourrais remercier , tous ceux à qui je dois tant de larmes , de colère , de nausées , ce serait gentil de ma part , mais contrairement à une légende inventée par quelques optimistes , je ne suis pas gentille , du tout .

 

C’est comme un réflexe , cette manie de remercier tout et tout le monde .

 

On te met bien profond dans la tête l’idée que dire merci est un acte de bonne éducation , pas le choix , rien n’est du , tout est à vendre .

 

Merci donc , mille fois merci , à tous les fidèles , y’en a si si  , qui continuent de lire mes délires depuis … oops longtemps disons , et qui me font savoir qu’ils ou elles sont là , malgré tout .

  Merci aux nouveaux venus , aux égarés de passage , aux envolés vers un paradis ou un enfer , selon leurs mérites .

 

Je continue donc à écrire pour eux , pour moi , pour elle aussi . Celle qui , un soir de blues m’a , de façon brutale , remué le cerveau en me donnant l’ordre tout militaire d’écrire et surtout d’oser partager ces mots que je pensais futiles , originaux parfois , et qui ont fait de moi , une autre . Enfin , une vraie moi . Elle manque chaque jour , car , elle fut une des rares femmes dont l’opinion comptait vraiment .

 

Et puis merci aussi à ces critiques si constructives , d’anonymes , se terrant comme des rats derrière leur écran , et balançant à mon égard tant d’insultes , tant de mots insensés sur ce qu’ils croient être moi , que bien sur , ça me fait hurler de rire à défaut d’hurler tout court !

 

Toda raba , à ceux qui , croient au mélange des genres , qui veulent l’inaccessible , et l’atteignent parfois , à ceux qui prônent l’amour et juste ça , sans peur de passer pour une bouffonne du pays des Bisounours . A ceux qui ne vivent pas de certitudes , de préjugés , d’a priori .

 

Thank you .

 

BPL

 

Le meilleur ami de  » merci « est  » beaucoup « 

Michel Bouthot

 

 

 

 

 

 

( 3 juillet, 2017 )

Respect……

Le respect est le sentiment de considération, d’égard, voire de vénération que l’on peut avoir envers un individu ou quelque chose. Il se manifeste par une attitude de déférence et le souci de ne pas porter atteinte à l’objet du respect, ni le heurter inutilement.

 

Visiblement , très peu de gens se sont penchés sur cette définition . Sentiment de considération : déjà , sentiment , ça parait tellement obsolète ! Qui a des sentiments sincères , loyaux , indéfectibles en cette année 2017 ? Considération , je crois que là même le mot est inconnu au bataillon du genre humain ….du moins en majorité .

 

Qu’est devenu ce monde ? Un tapis souillé sur lequel marchent ou crèvent les humains inhumains ?

 

Avec la Poste , tu payes pour que le facteur passe voir ta grand-mère , au cas où elle mourrait avant d’avoir mis ses comptes à jour .  Le croque-mort prend déjà les mesures .

 

Ne pas porter atteinte : foutaise !! Tout le monde porte atteinte à tout le monde . Toi , tu oublies la mère qui a souffert le martyr pour te donner cette vie que tu t’apprêtes à gâcher ! Toi , tu bats cette femme à qui tu as juré fidélité , amour , pour le meilleur mais jusqu’au pire .

 

Heurter inutilement : à croire que le jeu en vaut la chandelle ! Tu fais souffrir au nom de la différence , comme ça , pour le plaisir , histoire de te faire croire , pauvre humain , que dominer est le premier principe que l’on t’a enseigné .

 

Tu cries bien fort qu’il faut secourir , bouger , soulager les peines de ces pauvres migrants , de ces sdf et de leurs chiens . Tu parles fort oui , mais c’est tout ! Bien sur , tu donnes de l’argent , que tu t’empresses de déduire de tes impôts , pour soulager ta conscience , et ton compte en banque !

 

Et dans cet amas de triste réalité , en creusant un peu dans cette fange malodorante , il y a ceux  qui ne comptent jamais ce qu’ils donnent , n’attendent rien en retour . Ceux qui tendent vraiment la main pour relever celui qui tombe .Le vrai héros du vocabulaire est le mot gratuit . Ces hommes et femmes  qui se dévouent , tous les jours , pour donner naissance à ceux qui feront le monde de demain , qui prennent des risques insensés pour préserver ta liberté , et que l’on décore à titre posthume . Ceux qui lavent les êtres souillés de misère .

 

Où est passé ce précepte ? Le respect comme un du , ou plutôt comme une évidence . Enseigne le , diffuse le , donne lui un vrai sens  .

 

 

BPL

 

Celui qui ,par quelque alchimie , sait extraire de son cœur , pour les refondre ensemble , compassion , respect , besoin , patience , regret , surprise et pardon , crée cet atome qu’on appelle l’amour .

Gilbran Khalil Gibran

 

( 6 juin, 2017 )

Amours contrariés…

-  » Je sais plus ce qu’il faut faire Bonnie . Je crois que j’y arriverais jamais . « 

Ok , la journée commence bien . Le désespoir mêlé aux jérémiades , tout ce dont j’avais besoin . Elle ne sait plus , comme si elle avait jamais su . Et moi non plus d’ailleurs . Tu veux que je te réponde quoi ? Que c’est facile ? Que l’amour ça vient d’un coup , comme dans les comtes de fées pourris qu’on raconte aux petites filles , genre , un jour mon prince viendra ? Je sais que c’est dur , qu’aimer ça s’apprend pas .

-  » Je trouve que c’est injuste , mais regarde la elle ressemble à rien , et moi je passe mon temps à faire attention , à me priver de Nutella , de plats en sauce et de pizzas , pourquoi ? Pour me retrouver seule avec mon chien . « 

Oh my God !!! On est pas rendu !! Le problème existentiel du moment , c’est donc ça . Il voit qu’elle et il te voit pas . Ok ! Lâche l’affaire meuf , regarde autour de toi et dis toi que si ton problème c’est ça t’as aucun problème . Des mecs y’en a plein , partout . Bon d’accord le tout c’est de trouver celui qui te regardera autrement que comme une proie morte de faim . Lui , il est pas dispo , sa meuf est tarte j’avoue , mais peut-être que lui ,il s’en fout , peut-être qu’il aime les tartes . Il faut que tu saches , qu’il y a un paquet de laiderons qui baisent plus souvent que toi , que le physique au bout d’un moment c’est optionnel , arrête de te priver de bouffer pour ressembler à ce que tu crois être le critère de beauté du siècle . Et puis tant qu’on y est , arrête la chirurgie , ça se voit .  Je sais , je suis cruelle , mais je ne serais pas une amie si je te disais pas ce que je pense !

-  » Non mais t’as raison je suis nulle de m’accrocher à un mec qui me calcule même pas … « 

Et allez , nous voilà dans les flagellations intempestives . C’est jamais nul d’aimer , même si t’as pas de retour . Le tout c’est de ne pas rester accrochée à la même branche , surtout si elle a tendance à craquer sous le poids de tes illusions . Putain niveau métaphore je gère !

C’est vrai que c’est injuste au fond , être ignorée par le mec de sa life , c’est rude . Mais au fond est-ce-que c’est si grave ? Si tu regardes plus loin , derrière l’indifférence , tu y verras autre chose  , comme une lueur psychédélique que tu prendras pour une hallucination , et ce sera lui . Et si ça se trouve il te plaira pas .

-  » ha ha t’as de ces idées toi ! « 

Oui je sais . Je fais en sorte d’être utile , et surtout qu’on me plombe pas ma journée avec des histoires dont je me fous comme de mon premier biberon . Il y a longtemps que j’ai appris à zapper les choses qui m’emmerdent , j’aimerais que mes potes en fassent autant .

 

BPL

 

( 16 mai, 2017 )

Close to you….

Image de prévisualisation YouTube 
 
 
Time was never on our side
Beauty reaches for the light
From the shadow of your smile
Into my heart
There’s a flower in my field you know
Holding love up like a shield
Now I know we have it sealed
Here in my heartEvery night I turn the lights down
Slowly
And watch you in your afterglow

I wanna get close to you
Tell me you want me too
What can I do?
I need you now
And I want you now
In my life

Where the stream begins to flow
A life of love that springs you know
From every word
Into my soul

Treasure buried deep inside
Turns the hands  way back in time you know
Leaving all the past behind
Can we let it go?

Every night I turn the lights down
Slowly
And watch you in your afterglow

I wanna get close to you
Tell me you want me too
What can I do?
I need you now
And I want you now
In my life

We’ve been holding on
For things to change
The fear is gone
We’ve turned the page
In our book of love

And to know this love
Is to hold it all
From high above and
Feel the flow love you love
My love

I wanna get close to you
Tell me you want me too
What can I do?
I need you now
And I want you now
In my life

I wanna get close to you
Tell me you want me too
I wanna get close to you
I wanna get close to you

 

 

Songwriters: DIFFORD, CHRISTOPHER/PELLOW, MARTI/HALLAWELL, JAMES

 

 

( 8 mai, 2017 )

Allons enfants etc….

Au lendemain de l’élection présidentielle , l’euphorie s’ ‘estompant quelque peu , nous voici en ce jour de gloire macronienne , bien dépourvus , face aux multiples questions du futur . Les réseaux sociaux se delectent déjà ! Tu penses!  Une victoire facile pour un peuple de France qui sauve l’honneur ! Manu , dans un discours solennel , presque soporifique , a la victoire peu démonstrative!  Et le voilà qui marche au pas jusqu’au podium , rappelant ainsi , que , jadis , son confrère , en fit de même , mais pour une autre raison . D’ ailleurs , lui, de raison , il n’en a qu’une: remercier ses militants . Un peu raide tout de même le presque quadra !!La photo de famille fait deja le tour du monde avec au centre , un livreur de pizza , dont on se demande ce qu il fait là! !

Une nouvelle ère est en marche . Il ne reste qu’à espérer que l’ambition soit payante .

 

BPL

( 13 avril, 2017 )

Aveugle et sourd….

Ils sont venus , ils sont tous là , à se battre pour le fauteuil du roi . Ce trône français qui sent le moisi , ils veulent tous poser leurs fesses molles dessus .

Et de se battre et de débattre , tels des coqs . Y’a même une poule dans cette basse-cour , caquetant d’idées fantôme !

Des escrocs en costard cravate ou en tailleur , qui fraudent , se dénoncent . Des « poucaves » qui se croient investis de la mission sacrée de sauver leur pays . Le désastre a fait long feu . Cinq ans de travaux forcés pour le peuple !

Les cinq prochaines années seront-elles pire ? Qui de ces beaux parleurs , truqueurs , amoureux de l’argent facile et crade comme le fond de leurs slips à 1000 € , l’emportera ?

Ils soignent tous leur image ces apôtres . La justice les tourmente , peu importe , ils sont au dessus du nid de frelons des justiciables .

 » Moi , j’aime tellement ma femme que je la paye à rien foutre  » prétend l’un .  » Moi j’emmerde la justice et je ne vais pas au tribunal  » , clame l’autre .  » Moi , je suis jeune et clean ,même pas peur .  » Moi je vais augmenter les salaires de 15 % et sauver la planète et je t’emmerde !  » Et blablabla……

 

Allez voter les gens pour changer …… rien…. Car peu importe celui censé te représenter , il n’est ni de ton monde , ni de ton rang . Il est en dehors . Son combat n’est pas le tien , lui , il veut le pouvoir , le règne absolu , sans partage .

 

Peu importe celui pour qui tu voteras , frère et sœur , tu n’auras aucun privilège de plus , tu ne feras  pas parti de son armée de ministres , puisqu’il placera ses potes .

Celui choisi par le peuple , pour le peuple , sera-t-il le sauveur de cette terre si riche , de cette culture flamboyante qui font l’attrait de la France ?

Je crois , pour ma part , qu’il restera aveugle et sourd , comme l’est le reste de la planète face au meurtre organisé de ce monde qui explose .

 

BPL

( 19 décembre, 2016 )

Lettre au Père No….. Enième…….

Cher Père No

Il est temps pour moi de t’écrire , même plus tard qu’à l’ordinaire . C’est que 2016 a été pourrie au possible pour notre pauvre terre . Tu as les oreilles ensablées , car ce que je demande depuis des années , jamais ne se trouve au pied du sapin , que , oui , je fais quand même , vu que , d’une part Jésus est juif , et d’autre part , ma fille est à moitié de l’autre coté . J’ai tout bien fait comme il faut , les boules , les guirlandes , la crèche . Tout je te dis . Il est vrai que cette année la menorah côtoiera le toutim , vu que ça tombe, un 24 décembre!  Mais peu importe , Dieu , enfin , le mien , ne s’en offensera pas . Il sait que vous nous avez tout piqué !

En fait , croire en toi , c’est un peu , comme croire que l’humain apprend de ses erreurs , ou que l’expérience fait office de preuve de sagesse . My ass ! Tu es sourd comme un pot ( expression stylée tiens !) . Reste-t-il des enfants assez naïfs pour croire en un vieux sapé comme jamais , ( si tu me lis Maitre Gims , chante moins fort ! ) , qui volerait dans le ciel , sur un traineau tiré par des rennes alcooliques et des lutins défoncés au free-base ? Je dis Nein ! Ça marche depuis trop longtemps cette histoire du gros barbu sympa qui aime les enfants , et leur offre des joujoux par milliers , si ils sont sages .

Dis moi , ils ont fait quoi les enfants syriens pour mériter un tel sort ? Tu vas leur en emmener des jouets ? Tu vois pas plus loin que le bout de ta barbe en fait .

Je vais quand même te dire ce que je veux pour Noël mon pote :

Une éponge assez énorme pour absorber le sang versé par Bachar El Assad et tous les autres dictateurs œuvrant en toute impunité .

Un labyrinthe dans lesquels ils se perdraient . J’y ajouterai au passage Trump et sa famille de recomposés de partout !

Un système judiciaire mondial qui empêcherait les politiques friqués de s’en sortir la tête haute .

Un peu plus de dignité chez le genre humain , et moins de cruauté pour le genre animal !

Et puis surtout un truc basique qu’on appelle la paix . Tu sais ce truc oublié depuis que l’homme sait qu’il peut tuer et s’enrichir grâce à ça ? La paix , la vraie . Celle qui donnera à tous les êtres humains un endroit où se poser , sans avoir peur de se tacher du sang des autres .

Je t’en demande pas trop , tu peux pas contester . Pour moi perso , je ne veux rien , j’ai l’essentiel . Un truc que tu prétends connaitre et qui coute un bras aux innocents les poches pleines .L’amour . Oui je sais c’est dérisoire , obsolète , illusoire , utopique  , mais quand les hommes auront compris que c’est la seule chose qui donne une valeur unique à la vie , ils cesseront de faire croire à leurs enfants que d’en avoir plein les armoires c’est le vrai bonheur .

Je te souhaite de pas trop te peler sur ton traineau volant ,si tu oublies des enfants ,  tu pourras toujours dire que t’étais malade le jour de la distribution !

Merry Christmas and Hag Sameah!!!

 

BPL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( 13 octobre, 2016 )

Long is the road … 2

Dans la lumière

 

J’attends mon tour assise dans un fauteuil Barbie d’un rouge à exploser la rétine.J’ai la bougeotte et je balance mes jambes dans un rythme synchro du plus bel effet, mais qui a le don d’irriter ma mère. »Tiens toi correctement s’il te plait. » J’ai appris à me méfier de la douceur de sa voix, car chez elle, comme chez moi d’ailleurs, tout passe par le regard.Et ses yeux , d’un vert transparent , me promettent les punitions les plus sophistiquées du monde si je continue.

Une dame au maquillage de carnaval, et au tailleur Chanel, comme quoi le mauvais gout est dans tous les goûts, me sourit en m’invitant à entrer. « C’est à toi Sue, tu vas t’installer là, Mr. Faygo va arriver , je m’appelle Linda , je suis son assistante. » Je me dis que ça doit pas être simple de s’appeler comme ça, j’aimerais pas avoir le nom d’un soda moi. Si il me dit qu’il vient de Detroit j’éclate de rire! Mais j’ai dix ans et je ne crois pas que l’humour fasse partie du CV  des photographes de pub.

Depuis quatre ans que ma mère me traîne dans tous les castings de la planète ,je n’ai pas le souvenir de m’être amusée. Je me fais donc une image du dit Monsieur, gros en costume vert et rouge avec une perruque orange. J’ai dix ans et beaucoup d’imagination. Et forcément je suis déçue lorsque je vois arriver un monsieur en jeans ti shirt basket , la trentaine et le sourire à 10 millions de dollars. « Bonjour Mesdames je suis Andy. Alors Sue tu es prête à travailler? » Je lui dirai bien non je voudrais être avec Shirley et jouer au base ball dans la rue, ou faire du vélo, mais je sentais que ce n’était pas la réponse attendue. « Oui » ,et le regard satisfait de ma mère me confirmait que j’avais donné la bonne réponse.

Il s’agissait de vanter les fringues trop mode d’une marque connue ,pour les enfants dont les parents pouvaient débourser 200 dollars pour un jean ou  un sweater . Mais avant d’emporter le contrat, il fallait convaincre, et ça,ça me fatiguait d’avance. Le shooting commençait , et ça durait des heures, ce n’était plus un casting mais une séance photo. J’en avais marre, j’avais faim et envie d’aller aux toilettes. Ma mère me mitraillait plus du regard que le Nikon d’Andy. Linda me recoiffait, arrangeait mes cheveux, encourageait ,applaudissait, bref , je savais que le contrat serait signé.

Je changeais de vêtements mille fois . « C’est parfait j’ai ce qu’il me faut. » C’est une chance! Ce qui se passait après m’était étranger, les contrats, l’argent, les discussions, ma mère se chargeait de tout.Elle était mon seul et unique agent. Elle tirait une fierté de tout cela dont j ‘ignorais le sens, moi, je détestais. Tout. Mes cheveux frisés, bouclés de la racine à la pointe, mes taches de rousseur, les pubs, les photographes, ce milieu de tyrans et de requins. Je  pensais à Paris, aux voyages et à Lenny Kravitz.

Allongées sur le tapis de ma chambre Shirley et moi parlions du jour où nous serions assez grandes pour quitter New York et voir le monde , en feuilletant distraitement nos teens mags. Elle emmenait des chocolats en douce et on se gavait jusqu’au mal de cœur chaque fois qu’elle dormait à la maison. Je n’avais pas le droit de manger ces chocolats, ni de burgers, ni de chips, ni de bonbons, sauf pour Halloween mais ma mère les comptait en m’en distribuait dix pas plus! J’étais au régime à vie!! Une torture!Les goûters d’anniversaire étaient comptabilisés en calories!Je crois que c’est pour ça que je n’aime pas les anniversaires. Mon agent maternel ne laissait rien au hasard, elle voulait la perfection et le risque zéro. Chaque fois que je n’étais pas retenue pour un casting, elle tempêtait, se laissant même aller à quelques égards de langage contre ce photographe imbécile, cet incapable, ce sale con! ». Sa déception faisait ma joie, car, au moins je pourrais me salir, jouer au base ball avec Shirley et me faire arroser aux bornes d’incendie.

 

Shirley et moi étions inséparables , des clones, sauf qu’elle est métis et moi pas. Oncle Joe, son papa, mon tonton préféré de toute la terre, est afro américain, pasteur baptiste, et génialement tolérant, marrant, cultivé, gentil, et tout et tout!. Lorsqu’il a épousé la sœur de ma mère, il y a eu des divisions dans les familles, ça clashait dur parait-il. Et puis , Joe junior est né, mon cousin de deux ans mon aîné, et puis Shirley qui est née à deux jours d’intervalles de moi,et enfin Ray sept ans après. La venue de ces bébés a apaisé les tensions de tous les cotés, et l’harmonie familiale a pu commencer. Je crois que pour ma Granny le plus difficile a encaisser, a été la conversion de ma tata Lizbeth , comme si ça lui enlevait sa judéité d’un coup.  Les discussions étaient animées pour Shabbat jusqu’à la naissance des enfants et ça n’avait rien à voir avec la couleur de la peau.Si Joe avait été juif ça aurait été parfait.. Granny a parlé longuement avec oncle Joe, et il est devenu son fils. Elle est même allée au temple quelques fois ,écouter ses prêches, et disait à quel point elle était impressionnée. Il faut dire qu’il parle bien oncle Joe. Et puis à lui je peux tout dire, tout ce que ma mère ne veut pas entendre. Il sait par exemple que je n’aime pas les photos, être exposée ainsi , mise en valeur comme un trophée dans une vitrine. Ma mère me veut dans la lumière et moi je me rêve invisible.Il sait que j’aime la musique, la peinture, la danse et surtout les chevaux.  J’aimerai bien vivre chez lui,  à Brooklyn…….

J’ai 10 ans et je sais ce que je veux devenir :  femme invisible ! Ma vie d’enfant n’en est pas une . Pas le droit de se salir , pas le droit de désobéir , pas le droit de penser , pas le droit d’écouter du hip hop . Pas le droit d’avoir le droit !  » Tu es une privilégiée ne l’oublie jamais Bonnie  » . Granny a toujours le mot pour rire on dirait , elle ne sait pas tout de moi , elle me voit à travers les yeux de sa fille . Mais je l’aime ma Granny , quand je serais grande , je serais comme elle , ou presque …

Dans le taxi qui nous ramène à la maison , je ne dis pas un mot .  » Il faut te coucher tôt , tu commences demain à 7 heures  » . Bien sur , comme si je n’avais pas école à 9 heures , ça veut dire que je me lève à 5 heures ! Je ne réponds pas . J’ai 10 ans et un jour je partirai ……

BPL

 

 

12345...46
Page Suivante »
|